2015-08-25 21_50_27-edgardvidal_2.gif (GIF Image, 500 × 500 pixels)Sous la coordination de Serge Gruzinski (CNRS/EHESS)
Membres statutaires :

Jean-Michel Sallmann, (Paris X)
Charlotte de Castelnau, (Paris X)
Aliocha Maldavsky, (Paris X)
François Regourd, (Paris X)
Carmen Bernand, (Parix X/IUF)
Armelle Anders, (Paris IV)
Jacques Poloni-Simard, (EHESS)
Boris Jeanne, (EHESS/Paris I)
Carmen Salazar-Soler, (CNRS)
Véronique Boyer, (CNRS)
Anath Ariel de Vidas, (CNRS)
Gilles Havard, (CNRS)
Guillaume Boccara, (CNRS)
Christophe Giudicelli, (Paris III)
Edgard Vidal, (CNRS)

I. Prodromes de l’américanisation
II. Mondialisation ibérique, américanisation et gestation d’une conscience-monde
III. Américanisation du religieux
IV. Américanisation, histoire des sciences et des techniques
V. Diversité culturelle et fabrication de la différence
VI. Américanisation des arts ; arts contemporains, musiques, télévisions et cinémas

Ce programme, qui allie histoire et anthropologie, se propose d’explorer les processus d’américanisation à l’œuvre dans le Nouveau Monde depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours. On prendra le terme américanisation dans un sens large, en le définissant comme la métamorphose sur le sol de ce continent de toutes sortes d’éléments issus des autres parties du monde, donc sans le restreindre aux effets de la culture des Etats-Unis sur le reste du monde. Il s’agit d’explorer la manière dont la projection outre-atlantique des sociétés européennes, et donc d’une partie de l’Europe moderne, non seulement entraîne des processus d’occidentalisation, des réactions d’adaptation et d’appropriation in situ, ainsi que des métissages sans nombre, mais génère également des phénomènes moins étudiés de reformatage et de diffusion continentale des traits ainsi adaptés, modifiés et territorialisés.