2015-08-25 21_49_42-edgardvidal_2.gif (GIF Image, 500 × 500 pixels)Programme du séminaire Mascipo

Coordination : Anath ARIEL DE VIDAS (CNRS) et Gilles HAVARD (CNRS)

1er vendredi du mois de 15 h à 17 h (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 5 novembre 2010 au 3 juin 2011. La séance du 5 novembre 2010 se tiendra en salle 3. La séance du 3 juin est avancée au 27 mai (salle 9).

Cycle de communications illustrant les thématiques de recherche au sein du MASCIPO : elles portent sur l’ensemble des Amériques, les périodes coloniale et contemporaine, et croisent les perspectives historiques et anthropologiques.

 

(salle 3) Présentation de l’axe de recherche HISTOIRE SOCIALE ET CULTURELLE. HISTOIRE COMPARÉE ET CROISÉE DES SOCIÉTÉS COLONIALES AMÉRICAINESSous la coordination de Cécile Vidal (EHESS)

Résumé : Entre le XVIe et le XIXe siècle, les Amériques voient se développer de très nombreuses sociétés nouvelles nées de la rencontre entre Amérindiens, Européens et Africains dans le contexte de la colonisation et/ou de l’esclavage ou d’autres formes de travail forcé. Alors que leur création et développement relèvent de processus similaires, ces sociétés nouvelles sont rarement étudiées dans une perspective d’histoire comparée et croisée en raison du cloisonnement des historiographies qui demeurent nationales, régionales ou impériales. Parce que ces barrières historiographiques constituent des freins à une meilleure compréhension de ces sociétés, le projet se propose de reprendre à nouveaux frais une problématique ancienne en modifiant radicalement les méthodes et les cadres d’analyse. Learning about your history and culture is important. So is relaxing after a long day at work. Play casino games at http://casinochoice.ca/citadel-casino/ to have a good time. L’échelle hémisphérique sera couplée avec une perspective atlantique : non seulement l’ensemble des sociétés américaines nouvelles seront comparées les unes aux autres, mais elles seront aussi envisagées dans leurs relations avec les sociétés européennes et africaines dont elles étaient issues et dans leurs interconnexions. Une telle démarche faisant du « Nouveau Monde » un laboratoire sans pareil pour la formation de sociétés nouvelles en situation coloniale et/ou esclavagiste devrait permettre de mieux comprendre les dynamiques et les tensions propres à ces sociétés, d’établir une typologie et de modéliser leur processus de formation, c’est-à-dire de mettre en évidence de manière systématique les facteurs expliquant leurs similitudes et leurs divergences, et donc de proposer de nouveaux paradigmes permettant de rendre compte de leur genèse et de leur fonctionnement.

 

Présentation de l’axe de recherche HISTOIRE & ANTHROPOLOGIE. LES PROCESSUS D’AMÉRICANISATION  : LES AMÉRIQUES COMME LABORATOIRES DE LA MONDIALISATION (XVIE-XXIE SIÈCLES)Sous la coordination de Serge Gruzinski (CNRS/EHESS)

Résumé : Ce programme, qui allie histoire et anthropologie, se propose d’explorer les processus d’américanisation à l’œuvre dans le Nouveau Monde depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours. On prendra le terme américanisation dans un sens large, en le définissant comme la métamorphose sur le sol de ce continent de toutes sortes d’éléments issus d’Afrique et d’Europe, et donc sans le restreindre aux effets de la culture des États-Unis sur le reste du globe. Il s’agit d’explorer la manière dont la projection outre-Atlantique des sociétés européennes, et donc d’une partie de l’Europe moderne, non seulement entraîne des processus d’occidentalisation, des réactions d’adaptation et d’appropriation in situ, et des métissages sans nombre, mais génère également des phénomènes moins étudiés de reformatage et de diffusion continentale des traits ainsi adaptés, modifiés et territorialisés. Diffusion qui peut être le préalable de phénomènes de mondialisation.